VENTE
D'ŒUVRES
<br />
<b>Notice</b>:  Trying to get property of non-object in <b>/home/centredartkamour/public_html/includes/haut.php</b> on line <b>126</b><br />
Nouvelles
Vidéos

Le colloque

Remous et recommencements / (re)penser le fleuve et la mobilisation par l'art

animé par Hugo Latulippe • à voir en différé jusqu'en septembre

Durée: 3 heures

En marge de la 10e Rencontre photographique du Kamouraska, ce colloque virtuel s'est déroulé le 18 juin. Il réunissait des chercheurs.ses et des créateurs.trices, afin de diversifier et de nourrir les discours et pratiques axés sur le fleuve Saint-Laurent et sur la contribution de l’artiste au sein de la société. Il permettait de créer des ponts entre différents secteurs et disciplines, pour envisager collectivement l’avenir du fleuve ainsi que susciter les réflexions sur le potentiel mobilisateur des arts et des artistes.

Cette rencontre de réflexion a été diffusée initialement en direct sur Facebook.

Animé par le cinéaste, producteur et auteur Hugo Latulippe, le colloque accueille :

• Alice-Anne Simard, directrice générale de Nature Québec;
• Mélanie Lemire, professeure et chercheure à l’Université Laval;
• Ève De Garie-Lamanque, historienne de l’art et conservatrice de l’art contemporain au Musée régional de Rimouski;
• Ève Cadieux, commissaire de notre 10e Rencontre photo;

Des extraits de l’essai de Latulippe Pour nous libérer les rivières – plaidoyer en faveur de l’art dans nos vies (Éditions Atelier 10) sont interprétés par la comédienne Marjorie Audet, pour ponctuer les présentations.


 

L'animateur

Auteur, cinéaste et producteur, Hugo Latulippe est actif dans le milieu du cinéma documentaire et de la télévision depuis 25 ans. Ses films ont été sélectionnés dans les plus prestigieux festivals et se sont mérités de nombreuses distinctions au Québec, ainsi qu’une vingtaine de prix à travers le monde. Récemment installé au Bas-Saint-Laurent, il agit régulièrement à titre de conseiller à la scénarisation sur des productions documentaires pour la télé, le cinéma et le web. Il est l’auteur de plus d’une dizaine d’ouvrages littéraires, dont l’essai Pour nous libérer les rivières (2019).

 


 

Les intervenantes

(présentées par ordre d'apparition lors du colloque)


Directrice générale de Nature Québec, Alice-Anne Simard est biologiste. Ayant auparavant travaillé pour l’organisme « Eau secours », au Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique de l’ONU, ainsi que comme agente de développement durable, chercheure et guide-naturaliste pour le Saint-Laurent, Alice-Anne dresse le portrait actuel du fleuve Saint-Laurent. Elle présente un survol historique de notre rapport à ce cours d’eau emblématique, fait état des enjeux concernant la fragilité des écosystèmes et aborde les solutions et les prises de conscience nécessaires pour sa sauvegarde.

Mélanie Lemire est professeure adjointe au Département de médecine sociale et préventive à l’Université Laval, ainsi que chercheuse à l’Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé du Centre de recherche du CHU de Québec. Elle présente le collectif Manger notre Saint-Laurent, qui a pour objectif de mettre en valeur les ressources animales et végétales comestibles issues du Saint-Laurent, et de promouvoir le plaisir de manger ces aliments locaux et l’autonomie alimentaire. Ce collectif rassemble des chercheurs.ses, des partenaires régionaux, des chefs.fes culinaires, des journalistes indépendants et des artistes visuels. Mélanie aborde les approches interdisciplinaires et intersectorielles qui permettent la valorisation de la recherche et la mobilisation des citoyens.nes.

Détentrice d’une maîtrise en histoire de l’art de l’Université Concordia, Ève De Garie-Lamanque est également conservatrice de l’art contemporain au Musée régional de Rimouski, auteure et commissaire indépendante. Elle souligne, dans le cadre du colloque, les similitudes des méthodes de travail adoptées par artistes et scientifiques lorsqu’ils œuvrent à un projet de recherche ou de création. Quelques projets résultant d’une collaboration étroite entre artistes en arts visuels et scientifiques sont étudiés, certains en regard de pratiques axées sur l’univers maritime, d’autres illustrant concrètement la façon dont ces méthodologies interagissent et s’influencent.

Diplômée de l’Université de Montréal, Ève Cadieux est titulaire d’un baccalauréat en histoire de l’art et en arts plastiques suivi d’une maîtrise en histoire de l’art. À titre de commissaire de la 10e Rencontre photographique du Kamouraska, elle présente les projets artistiques constituant la programmation d’expositions en salles et extérieures. Ève place le contexte de la thématique « Nos recommencements », en abordant la nécessaire contribution de l’art et des artistes dans le renouveau collectif que la pandémie mondiale appelle. Elle offre aussi un survol des pratiques des artistes invités.es de la programmation, de leurs démarches respectives et du discours porté par leur proposition dans le cadre de l’événement.

 


 

Collaboration spéciale

La comédienne Marjorie Audet (Québec) interprète, dans des paysages maritimes du Kamouraska, des lectures d’extraits issus du livre d’Hugo Latulippe Pour nous libérer les rivières – plaidoyer en faveur de l’art dans nos vies (Éditions Atelier 10). Jetant un regard à la fois inquiet et amoureux sur notre société et notre fleuve, Hugo réitère, dans cet essai, le rôle central de l'artiste dans la cité. Marjorie en fait des lectures sensibles et poétiques, qui viennent ponctuer le colloque à différents moments.

 


 

Les partenaires & collaborateurs

Un merci particulier aux partenaires financiers du colloque:

• le Conseil des arts et des lettres du Québec;
• le Conseil des arts du Canada;
Hélios Division Eau / Aquatech, Société de gestion de l’eau Inc.;
Wazoom Studio;
Économie sociale Bas-Saint-Laurent.


RETOUR À LA LISTE
Facebook Twitter Instagram